Prise en charge du sportif

La prise en charge des patients sportifs requière une approche particulière pour plusieurs raisons:

Il s’agit souvent de patients jeunes, actifs sur le plan professionnel, dont les contraintes en termes de temps d’immobilisation et de délai de guérison son grandes. En pratique la région Toulousaine offre des possibilités de pratique sportive infinies et tous les sports peuvent être rencontrés en consultation. Ils présentent tous des particularités qu’il faut pouvoir prendre en compte, et la combinaison de votre pratique, de votre corps et du sport pratiqué sera toujours unique. Schématiquement, les 2 grandes familles de sport sont:

– Les sports dits « en ligne » pour lesquels les priorités sont l’endurance et la mobilité (natation, course à pied, cyclisme).

– Les sports dits de « pivot-contact » pour lesquels les priorités sont la force et la stabilité (rugby, arts martiaux).

Bien entendu, beaucoup de sports relèvent des 2 catégories (alternance de sprints sur terrain irrégulier nécessitant force et mobilité au football avec des prises d’appuis extrêmes lors de dribbles ou de tirs nécessitant une grande stabilité). De même, au sein d’un même sport les styles de jeux (fond de cour ou volée au tennis par exemple) et les différents postes en sport collectif, exposent à des traumatismes et une demande fonctionnelle très variable. Par exemple au rugby, les contraintes autours de la cheville sont très différentes qu’on joue comme demi d’ouverture ou comme pilier. En pratique le sportif expose sa cheville et son pied aussi bien à la pathologie traumatique (accident aigu) qu’à la pathologie dégénérative (usure à moyen et long terme). En ce sens le cartilage est particulièrement à risque quelque soit le sport car à la différence des muscles des os et des ligaments qui cicatrisent, le cartilage ne se régénère pas. D’autre part, les chocs sont répétés et les appuis en force et les pivots/rotations entraînent des contraintes très importantes sur toutes ces structures.Les tendons et ligaments sont également fortement mis à contribution lors de la pathologie sportive et la cause de consultation la plus fréquente reste l’entorse de cheville qui doit être parfaitement encadrée, mais la tendinite du tendon d’Achille, des tendons péroniers (ou fibulaires) et l’aponévrosite plantaire ou épine calcanéene sont également des motifs fréquents de consultation.

Enfin, les fractures, qui concerne les os et les articulations sont fréquentes dans la pratique sportive et dépendent aussi du type de sport. Certains sports extrêmes comme l’escalade, le ski, le parapente, le kite surf, le VTT peuvent être responsables de fractures graves nécessitant une prise en charge urgente et une chirurgie réalisée d’emblée ou différée en fonction des cas. Les fractures bimalléolaires ou double fracture de cheville sont habituelles, la fracture du calcanéum (ou calcanéus), la fracture du talus et du pilon tibial, font partie des lésions plus rares. Une chirurgie chez un sportif entraîne généralement une interruption voir un arrêt de la pratique sportive pour la saison en cours, ce qui peut avoir des conséquences importantes surtout chez les pros. Les attentes sont très importantes chez le patient sportif en termes de retour à la fonction initiale. En temps que sportif, vous souhaitez ardemment retrouver votre meilleur niveau et ce le plus rapidement possible, ce qui n’est pas toujours compatible avec votre pathologie ou une prise en charge optimale. La définition, de concours avec votre chirurgien, de la meilleure stratégie de traitement peut passer par une période d’explorations complémentaires, de rééducation ciblée et de plusieurs consultations afin d’optimiser au mieux votre traitement en fonction de vos données personnelles. La prise en charge du sportif doit être pluridisciplinaire et nécessite une coordination du réseau de soin entre votre médecin traitant, votre kinésithérapeute habituel et votre chirurgien. A la demande, le concours de radiologues spécialisés dans la pathologie de la cheville et du pied peut être nécessaire dans la période diagnostique et celle du médecin rééducateur et ou du rhumatologue. Des conseils de nutrition peuvent également être nécessaires si la période de cicatrisation ou de décharge est prolongée. Votre chirurgien en fonction des cas pourra être à la disposition de vos correspondants habituels ou vous orienter vers un professionnel si vous n’êtes pas suivi.

Il est important pour vous de savoir que du point de vue de votre chirurgien, la difficulté d’une consultation avec un patient sportif, quel que soit le niveau de départ, sera toujours de mettre vos exigences et vos attentes en face des possibilités qu’offre réellement la chirurgie ou tout autre traitement qu’il sera possible de vous proposer. N’hésitez pas à exprimer votre demande, vos questions. Votre chirurgien vous expliquera le plus précisément possible vos possibilités de reprise sportive et à quel niveau, une fois votre pied ou votre cheville opéré.